background img

Ou piquent les tiques ?

Ce n’est pas la plus heureuse nouvelle du moment, car nous espérons enfin sortir de la pandémie de Covid-19. Mais il est bon de savoir prendre des précautions, alors qu’avec le printemps, nous avons plus que jamais tendance à nous installer dans votre jardin ou à faire une promenade en forêt. Une étude récente montre que les tiques porteuses d’agents pathogènes susceptibles de transmettre la maladie de Lyme sont principalement présentes dans certaines régions de France. Parmi elle figure l’Auvergne-Rhône-Alpes, après la Bourgogne-France-Comté, la région la plus concernée.

Le point de départ de cette étude a été la constatation que le nombre de piqûres de tiques dans les jardins privés a fortement augmenté au printemps dernier, pendant le confinement : 56 000 au total !

Lire également : Comment utiliser l'ail sur le visage ?

Il s’agit du nombre de piqûres de tiques signalées dans toute la France (humains et animaux confondus) depuis juillet 2017.

Ces alertes ont été rendues possibles grâce à l’application « TICK Reporting ». Cette initiative s’inscrit dans le cadre du programme CITIC, coordonné par l’INRAE (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et le Environnement), en partenariat avec le ministère de la Solidarité et de la Santé.

Lire également : Comment défaire un nœud musculaire ?

« CITIQUE » vise à réaliser « une cartographie du risque de piqûres de tiques sur le territoire », notamment via une application.

Ainsi, sur « plus de 2 500 tiques analysées », 15 % des tiques qui piquent les humains portaient la bactérie « Borrelia bugdorferi sensu lato », responsable de la maladie de Lyme, et 14 % étaient porteuses d’un autre agent pathogène potentiellement dangereux pour la santé humaine et animale.

Plusieurs régions sont particulièrement touchées

Selon cette étude, plusieurs régions françaises sont très touchées par les tiques potentiellement porteuses d’agents pathogènes. La Bourgogne-Franche-Comté est la plus touchée, avec plus de 43 % des tiques analysées porteuses d’un agent pathogène.

Viennent ensuite juste après les régions d’Auvergne-Rhône-Alpes (37 %), Provence-Alpes-Côte d’Azur, PACA (36 %) et Grand Est (35 %).

La façade ouest du pays est beaucoup moins touchée par le phénomène : Centre-Val de Loire (27 %), Bretagne (18 %), Normandie (21 %), Pays de la Loire (19 %).

Cette étude révèle également que près de 47 % des morsures signalées pendant le confinement du printemps 2020 concernent des jardins privés.

Pour éviter les piqûres de tiques lorsque vous allez dans votre jardin ou votre forêt : portez des vêtements couvrants (manches longues, chaussettes, pantalons, chapeau), utilisez un répulsif si possible. À l’intérieur, lavez vos chiffons à 60° (les tiques craignent la chaleur) et inspectez votre corps. Si vous rencontrez une tique, retirez-la : dès que possible, si possible dans les 12 à 36 heures suivant la piqûre pour éviter tout risque de transmission de maladie. Il est important de procéder calmement et délicatement. Il existe même des « tire-tiques », des crochets à tiques.

Ensuite, surveillez la piqûre dans les jours suivants.

Conseils Doctissimo

Catégories de l'article :
Santé
Show Buttons
Hide Buttons